[Critique Film] – Passion

Kaho et Tomoha sont en couple depuis dix ans, et annoncent à leurs amis leur intention de se marier. À partir de là, s’installe une tension malséante vis-à-vis de leur groupe d’amis, dont fait notamment parti Kenichiro, secrètement amoureux de Kaho. Encore des amourettes fastidieuses, pourrait-on penser. Et pourtant, face à un tel sens du cadrage, de la narration et de la théâtralisation, il est difficile d’imaginer que « Passion… Continuer la Lecture

[Critique film] – Roma

Roma

La scène d’introduction annonce d’ores et déjà la couleur : une flaque d’eau ondulant sur le sol, reflétant un avion en partance pour un ailleurs, le tout baignant dans le noir et blanc de Galo Olivares. Pas de doutes possibles, avec Roma, le réalisateur Alfonso Cuarón dépeint sa complainte des sentiers, celle d’une famille de la classe moyenne mexicaine, vivant dans le quartier de Roma, à Mexico, le tout à travers… Continuer la Lecture

[Critique Film] – Dogman

Dogman

Nul doute, Dogman est bel et bien un film de chien, nous entrainant dans les bas fonds napolitains pour mettre en scène un combat entre David et Goliath : Marcello, toiletteur pour canidé, et Simoncino, brute épaisse gobant les rails de coke. Loi du plus fort est bestialité sont donc au rendez-vous dans ce nouveau film de Matteo Garonne, qui, à propos de la mafia napolitaine, avait déjà réalisé, en 2008, Gomorra. Dix… Continuer la Lecture

[Critique Film] – Joint Security Area

Le long de sa filmographie, Park Chan-Wook n’a eu de cesse de cadrer des personnages piégés dans une histoire sans issue. Dans Joint Security Area, son premier film d’envergure, le cinéaste sud-coréen dévoile déjà une construction scénaristique particulièrement habile, nous immergeant dans la zone séparant la Corée du Nord et la Corée du Sud, alors qu’une fusillade vient de s’y produire. Se construisant à l’aide de flash-back, Joint Security Area est,… Continuer la Lecture

[Critique Film] – La Ballade de Narayama

La Ballade de Narayama

Indéniablement, Shōhei Imamura est un amateur de la surenchère. Mieux encore, c’est une chose que le cinéaste japonais semble beaucoup aimer à exploiter. Et c’est ce qui ressort en premier lieu dans La Ballade de Narayama ­— inspiré d’un roman éponyme de Shichirō Fukazawa ­—, film lui ayant permis de conquérir sa première Palme d’Or en 1983, avant la consécration de L’Anguille, en 1997. Difficile de dire si il s’agit… Continuer la Lecture