[Critique Film] – Spotlight

Spotlight

Spotlight de Tom McCarthy est la très bonne surprise de cette fin janvier. Il pourrait même bien remporter une ou deux statuettes aux Oscars. Pourquoi ? Parce qu’il nous livre un film sur un thème assez rare, le journalisme, sans en faire trop. Et puis il s’agit d’une histoire vraie, et ça, c’est à la mode.

Spotlight

Parfaitement calibré, le film s’avère être ni trop long, ni trop court, et aborde un thème très intéressant : les abus sexuels sur des enfants par des prêtres catholiques. S’il aurait pu simplement prétendre à voler quelques récompenses prestigieuses uniquement en surjouant dans ce thème larmoyant, Spotlight s’avère être un réel bon film, soutenu par un casting du même acabit.

Michael Keaton confirme qu’il est bel et bien revenu, et il n’est pas seul. Mark Ruffalo marque selon moi sa meilleure performance depuis longtemps, à tel point qu’il est au dessus des autres ici. Rachel McAdams reste fidèle à elle même et le reste du casting (y compris la multitude de seconds rôles) sont tous très bons.

Spotlight

Il est d’ailleurs étonnant de voir Tom McCarthy à la réalisation d’un film si ambitieux et si bien mené, lui qui était pour l’instant habitué des films indépendants de seconde zone (bon ok, il a bossé avec David Simon sur The Wire et ça se voit clairement ici). Le réalisateur nous offre quelques plans très efficaces, simples certes, mais parfaitement adaptés à l’ensemble.

Bon, n’oublions pas qu’il s’agit d’un film américain, donc de fait manichéen (mais pas trop il s’en sort bien). Mais ses défauts sont si peu nombreux (le principal reste la chronologie de l’enquête qui aurait pu être mieux retranscrite) et le film si bien foutu qu’on en vient à les oublier bien vite. De plus, la bande originale, discrète, est en fait (comme le reste finalement) parfaitement bien dosée.

CaptainSmoke lui attribue la note de :
7/10

En bref

Spotlight est effectivement peut-être bien le meilleur film sur le journalisme depuis Les Hommes du Président (1976), et il serait bien dommage de passer à côté.

CaptainSmoke

Fondateur de DansTonCinéma.fr, cinéphile et sériephile, j'aime découvrir des perles inconnues dans le cinéma traditionnel comme dans l'animation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.