[Critique Film] – Furie

Furie

Furie est un long métrage du français Olivier Abbou (Territoires, Madame Hollywood, Yes We Can, Maroni…) qui sort des sentiers battus et qui a été présenté lors de l’Étrange Festival et du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg. Mais passons vite au cœur de ce qui nous intéresse : est-ce que c’est bien ?

Furie

« Inspiré de faits réels. Le temps des vacances d’été, Chloé et Paul Diallo prêtent leur maison à la nounou de leur fils. À son retour de voyage, la famille Diallo trouve porte close : les serrures ont été changées et les occupants déclarent être chez eux. Pour Paul, c’est le début d’un combat qui va faire vaciller son couple, ses valeurs, son humanité. »

S’appuyant sur différents faits divers qui ont inspiré Olivier Abbou et son scénariste Aurélien Molas, Furie nous raconte, à la manière du film de Sam Peckinpah Les Chiens de Paille (1971) la transformation d’un homme simple et calme (Paul) en boule de nerfs inarrêtable parce qu’on vient lui prendre quelque chose de primordial : son confort, sa liberté. C’est d’ailleurs ce qui nous intéressera particulièrement ici. Les personnages sont travaillés, surtout notre héros dont on dépeint ici les relations personnelles et professionnelles afin de mieux le cerner, pour finalement le comprendre.

Le rythme est maîtrisé ce qui est assez rare et nous permet de ne pas nous ennuyer une seconde, néanmoins on pourra reprocher au film son manque de surprise général, tant on comprend très rapidement comment tout cela finira et comment réagiront les personnages.

Furie

Ce qui frappe dès le départ, c’est la place très importante donnée à la bande originale de Clément Tery, véritable partie prenante du film. Elle soulignera et épousera parfaitement la tension montante du film, ainsi que la transformation du personnage de Paul.

D’ailleurs avoir choisi un personnage noir dans un rôle principal différent de celui d’un flic ou d’un gangster c’est extrêmement rare au cinéma (même à l’étranger). Adama Niane est convaincant, alternant au départ entre douceur et agacement, puis sombrant peu à peu dans une rage sombre. Stéphane Caillard (Chloé) joue très bien le rôle de soutien de Paul, bien que très souvent en désaccord, mais c’est surtout le personnage joué par Paul Hamy (Mickey) qui sera l’élément déclencheur de Furie et un antagoniste réussi (mais pas non plus jamais vu).

Comme petit bémol artistique, je me dois d’évoquer certains plans brouillons vers la fin tant on est plongé dans le noir, à la manière d’un certain épisode polémique de Game of Thrones, ainsi qu’au choix d’avoir fait porter aux antagonistes des masques de cochons, vu qu’à part le côté visuel cela ne s’explique pas trop d’un point de vu scénaristique et que ça coupe tout expression faciale des personnages qui les portent (en plus on ne sait plus qui est qui, du coup).

Au final, Furie s’avère être une bonne surprise, car le scénario (imparfait certes) nous touche de par sa potentielle réalité et parce qu’on en vient à souhaiter la déferlante de violence d’un héros lambda qui pourrait être vous, ou moi.

CaptainSmoke lui attribue la note de :
6.5/10

En bref

Furie ose, tente, et ne réussi pas partout. Mais le film s’avère prenant et fait avec amour, et c’est finalement ce que l’on souhaite voir désormais bien plus souvent dans le paysage cinématographique Français.

CaptainSmoke

CaptainSmoke

Fondateur de DansTonCinéma.fr, cinéphile et sériephile, j'aime découvrir des perles inconnues dans le cinéma traditionnel comme dans l'animation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *