[Critique Film] – Le Grinch

Le Grinch

Chaque année pour la période de Noël, le plus grand cinéma d’Europe allie son spectacle de la Féérie des Eaux avec un film d’animation diffusé en avant-première nationale durant plusieurs jours. Après Vaïana en 2016 et Coco en 2017, Le Grinch est le film présenté en 2018. Réalisé par Yarrow Cheney (Clerks et Méprise multiple) et Scott Mosier (Moi, Moche et Méchant 2 et Comme des Bêtes) la bande-annonce de ce film dévoilée il y a plusieurs mois était plutôt prometteuse. Le film est une adaptation du roman de Theodor S.Geisel alias Dr Seuss.

Le Grinch

« Chaque année à Noël, les Chous viennent perturber la tranquillité solitaire du Grinch avec des célébrations toujours plus grandioses, brillantes et bruyantes. Quand les Chous déclarent qu’ils vont célébrer Noël trois fois plus fort cette année, le Grinch réalise qu’il n’a plus qu’une solution pour retrouver la paix et la tranquillité: il doit voler Noël. »

Au début du film, on rencontre le Grinch, présenté comme un personnage grincheux qui aime voir la vie en vert mais surtout, qui déteste Noël et l’esprit de fête et de joie qui s’y rapporte. Son unique compagnon est Max, un chien fidèle et serviable avec qui il partage toutes ses aventures. Tout le début du film est concentré sur le Grinch et il est d’ailleurs assez rare de passer autant de temps pour un seul personnage. Pourtant, c’est un excellent moyen de nous faire apprécier ce grand méchant vert sans pour autant ralentir la mise en route de l’histoire.

Il y a plusieurs moments drôles qui font que, très vite, on trouve le Grinch attachant même s’il n’est pas toujours sympathique envers les Chou. Il décide donc de voler Noël pour ne plus subir les festivités de Chouville. Un autre personnage fort marque ce film (c’est d’ailleurs la touche féministe) : Cindy-Lou, une petite fille pleine de courage et d’ambition vivant avec sa mère et ses frères jumeaux, qui souhaite rencontrer et même kidnapper le Père Noël ! Elle met en place un stratagème pour parler au Père Noël lorsqu’il viendra déposer les cadeaux. Vous l’aurez compris, ces deux personnages, le méchant et la gentille, vont se rencontrer. Un petit hommage à La Belle et la Bête, peut-être ?

Le Grinch

Le film est réalisé en images de synthèse et nous plonge dès les premières minutes dans l’univers festif de Noël : paysages enneigés, guirlandes électriques, personnages habillés avec des vêtements de Noël… C’est vraiment très beau et petits et grands seront embarqués et émerveillés par toutes ces couleurs. Le graphisme est coloré et épuré. Même si l’intrigue se passe à Noël, il n’y en a pas trop. De plus, je tiens à souligner le superbe travail réalisé sur les animaux dans leurs attitudes et leurs réactions, un petit écho à Comme des Bêtes. C’est Danny Elfman qui est aux commandes de la bande-son et c’est plutôt réussi. La musique retranscrit le monde si particulier du Grinch et de Chouville. On retrouve plusieurs musiques envoûtantes dont des chansons de Noël réadaptées comme « You’ Re A Mean One, Mister Grinch ».

Le récit mêle donc deux intrigues : celle du Grinch qui veut voler Noël et celle de la petite Cindy-Lou qui veut demander un peu d’aide pour sa mère qui assume tout toute seule. Elles se rejoignent pour former un happy-end touchant bien qu’attendu. Le film est plutôt bien rythmé, alternant péripéties déclenchant les rires et moments émouvants.

PaulineG lui attribue la note de
8/10

En bref

La force de ce film d’animation est qu’il mélange la comédie avec les moments drôles, de joie et d’émotion tout en suivant un scénario qui s’enchaîne plutôt bien. Une belle surprise de Noël à voir en famille (ou pas…), car autant les adultes que les enfants pourront apprécier ce film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *