[Critique Série] – Demon Slayer, saison 01

Demon Slayer

Véritable sensation actuelle parmi le genre Shōnen se permettant de détrôner One Piece en top des ventes de mangas, Demon Slayer (Kimetsu no Yaiba) du mangaka Koyoharu Gotōge a bien entendu eu droit à son adaptation en série animée. Réalisée par Haruo Sotozaki (Tales of Symphonia the Animation, Tales of Zestiria the X2), Matsushima Akira et du coup Koyoharu Gotōge, cette première saison (la seconde est prévue pour cette année au Japon) est composée de 26 épisodes d’une vingtaine de minutes.

Demon Slayer

« Nous sommes pendant l’ère Taishô. Tanjirô, un jeune et sympathique vendeur de charbon voit son quotidien changer radicalement après le massacre de sa famille par un démon. Seule sa petite sœur Nezuko survit à l’attaque, mais elle est transformée en un démon féroce. Ils partent tous deux en voyage afin de prendre leur revanche et de rendre à Nezuko son apparence d’origine. Vivez avec eux ce périple dans lequel le destin des humains et des démons s’entremêlent. »

Si les premiers épisodes sont excellents et nous montrent un univers sombre et intéressant (bien que pas vraiment original dans le fond), la suite tourne peu à peu vers le format plus classique des shōnens à savoir des combats contre des adversaires de plus en plus fort, forçant nos héros à se dépasser encore et encore. Le thème reste globalement très sombre et la violence graphique est au rendez-vous, même si certains personnages ou gags désamorcent complètement tout effet dramatique.

Les personnages sont en revanche trop simplistes : le héros Tanjirô est plutôt fade mais cherche à se venger/se prouver quelque chose, et les sidekicks Zenitsu (totalement insupportable) et Inosuke sont le penchant comique et bagarre. Je ne parle même pas des démons vraiment très méchants.

Demon Slayer

Demon Slayer tire son épingle du jeu au niveau de la qualité de son animation. Il faut croire que les studios Japonais commencent à apprendre de leurs erreurs passées (coucou Dragon Ball Super avec ton animation bâclée) et se focalisent davantage sur le modèle de L’Attaque des Titans (saisons courtes, animation soignée). Certains combats et effets visuels sont d’ailleurs tout simplement somptueux. Chose rare, la bande son est excellente et plutôt variée, j’espère qu’elle le restera à l’avenir.

Au final, Demon Slayer se regarde très facilement, et il est plaisant de voir l’intrigue avancer sans nous assommer d’épisodes fillers pourtant d’habitude légions dans le genre shōnen. La suite de l’aventure débarquera très bientôt chez nous au cinéma avec le long métrage Le Train de l’Infini (gigantesque succès au Japon) qu’il est fort probable que j’aborde également dans les jours à venir.

CaptainSmoke lui attribue la note de
7/10

En bref

Une histoire prenante et une animation de très grande qualité, malgré des personnages un peu fatigants.

CaptainSmoke

Fondateur de DansTonCinéma.fr, cinéphile et sériephile, j'aime découvrir des perles inconnues dans le cinéma traditionnel comme dans l'animation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.