[Critique Film] – Doctor Strange

Doctor Strange

Poster officiel

Talentueux et arrogant, le Docteur Stephen Strange est l’un des plus grands neurochirurgiens de la planète. Un soir, il a un accident de voiture qui lui fait perdre l’usage de ses mains. Incapable d’opérer, il voyage jusqu’à un temple népalais pour se faire soigner. Là-bas, il découvre l’existence de la magie et devient l’apprenti de l’Ancien.

Deuxième film de la Phase 3 du Marvel Cinematic Universe, Doctor Strange était, depuis le début, un pari risqué, de par le fait que le superhéros a un univers très différent de ceux déjà établis. Réalisé par un jeune réalisateur peu connu, Scott Derrickson, le film a en autre connu un bad buzz relatif à l’annonce de son casting quand il est apparu que Tilda Swinton jouerait l’Ancien, qui est, à la base un homme asiatique.

De ce fait, il n’était pas évident pour Doctor Strange de s’imposer juste après la sortie de Civil War en Avril, malgré la présence dans le premier rôle de Benedict Cumberbatch, dont la réputation n’est plus à faire.

Doctor Strange

Tilda Swinton et Benedict Cumberbatch

Il ressort de ce Doctor Strange une origin story plutôt classique, qui rappelle de bien des manières Batman Begins (Christopher Nolan, 2005). Le personnage de Strange n’est en outre pas sans rappeler celui de Tony Stark, et pourra sans doute prendre sa relève comme figure de proue du MCU si Robert Downey Junior en venait à arrêter son rôle.

Si le film possède les défauts d’un Marvel classique – une image assez peu travaillée, un méchant, campé par Mads Mikkelsen sous-utilisé, très oubliable et un énième personnage féminin, ici Rachel McAdams, encore une fois malheureusement trop peu présent – il se rapproche, dans sa prise de risque créative d’un Guardians of the Galaxy (James Gunn, 2014). Il est en outre l’un des Marvel les plus drôles, sans être trop lourd.

Les scènes d’actions sont prétexte à une prouesse assez remarquable dans les effets spéciaux. La bande-annonce laissait déjà apercevoir des effets spéciaux comparables à ceux d’Inception (Christopher Nolan, 2010), mais l’équipe de Doctor Strange – qui avait déjà travaillé sur les effets spéciaux de Gardians of the Galaxy – pousse les séquences plus loin. Ainsi, malgré sa photographie assez fade, Doctor Strange est une réussite visuelle.

Un autre grand succès de ce film est sa musique : elle se démarque de celle des autres Marvel par l’arrivée de Michael Giacchino, qui a en outre cette année signé la musique de Star Trek Beyond (Justin Lin). Avec lui aux commandes, il était certain que la musique de Doctor Strange allait être parmi les meilleures de ce que Marvel a pu nous offrir.

Doctor Strange

Chiwetel Ejiofor

Enfin, les acteurs sont tous très bons, même s’il est nécessaire de souligner que ce film est extrêmement centré sur Benedict Cumberbatch. Attendre une grande performance des autres acteurs est illusoire, quand bien même Tilda Swinton a droit à quelques bonnes scènes de bataille. On regrettera que Chiwetel Ejiofor ne soit pas plus important.

Ainsi, Doctor Strange est à la fois une origin story et un film Marvel solide, qui permet de poser les bases d’un univers particulier qui, comme les Gardiens, ne s’emboite pas d’une manière évidente avec le reste du MCU. Malgré deux ou trois références aux autres super-héros, il a l’avantage de parfaitement fonctionner en dehors de la franchise, et n’est finalement fermement rattaché à elle que par la première scène post-générique. Une bonne surprise.

SophieM lui attribue la note de
7.5/10

En bref

Pari quelque peu risqué, Doctor Strange s’est révélé être un film drôle et prenant. Les fans du MCU et de Benedict Cumberbatch seront comblés.

Avatar

SophieM

24 ans. Féministe queer, libraire de métier et cinéphile de formation. Autrice en devenir. Je vis pour le fromage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *