[Critique Film] – Raya et le Dernier Dragon

Raya et le Dernier Dragon

Dernier long métrage d’animation en date chez Walt Disney, il est amusant de constater que la firme adopte une stratégie différente pour ce film que pour le pauvre Soul (Disney/Pixar) en fin d’année dernière, qui lui n’a malheureusement pas connu de sortie en salles, mais uniquement sur la plateforme Disney+. Pour Raya et le Dernier Dragon, on croit encore à une sortie au cinéma (du moins pour la France), repoussée au mois d’avril. Le film est en revanche disponible depuis aujourd’hui (5 mars) sur la plateforme en payant cher pour le visionner avant la sortie « gratuite » un peu plus tard. Notons qu’il a été terminé, tout comme Soul, majoritairement en télétravail.

Raya et le Dernier Dragon

« Il y a de cela fort longtemps, au royaume imaginaire de Kumandra, humains et dragons vivaient en harmonie. Mais un jour, une force maléfique s’abattit sur le royaume et les dragons se sacrifièrent pour sauver l’humanité. Lorsque cette force réapparait cinq siècles plus tard, Raya, une guerrière solitaire, se met en quête du légendaire dernier dragon pour restaurer l’harmonie sur la terre de Kumandra, au sein d’un peuple désormais divisé. Commence pour elle un long voyage au cours duquel elle découvrira qu’il lui faudra bien plus qu’un dragon pour sauver le monde, et que la confiance et l’entraide seront essentiels pour conduire au succès cette périlleuse mission. »

Doté d’un scénario original, et non repompé à droite à gauche, Raya et le Dernier Dragon est un film d’aventure dans des contrées fantastiques inspirées de l’asie. Malgré son long format pour un film d’animation (1h47), l’histoire est très rythmée et on ne va pas s’ennuyer une seconde. Malheureusement tout va tellement vite que l’on explore que trop peu cet univers qui semble si riche… En fait à part Raya (le personnage principal), le dragon Sisu et l’antagoniste Namaari, les protagonistes ne sont pas très intéressants car peu exploités.

Autre problème et non des moindres, le film se cherche tout du long. Un temps mature et sombre, un temps blagueur et léger avec des personnages « mignons » et une fin moralisatrice à 300%, comme si les réalisateurs Don Hall (Les Nouveaux Héros, Vaiana) et Carlos López Estrada (Blindspotting) ne s’étaient pas entendus sur la direction à prendre. Si le choix avait été d’en faire un long métrage animé volontairement mature d’un bout à l’autre, je suis sûr que le film aurait été bien plus réussi.

Enfin, Raya et le Dernier Dragon, souffre d’un problème de message transmis, où le pardon s’accorde à n’importe qui, n’importe quand, et où personne ne souffre des conséquences de ses actes.

Raya et le Dernier Dragon

Soyons clairs, ce n’est pas direction artistique ou le chara-design qui m’ont plu dans Raya et le Dernier Dragon, bien au contraire. Symptomatique de la multinationale aux grandes oreilles, on y retrouve un univers plutôt mature, mais certaines créatures « mignonnes » sont placées au sein du scénario pour vendre des produits dérivés. Clairement les deux ne vont pas ensemble, surtout ces dragons-licornes affreusement laids. Bon, par contre la technique est encore une fois impeccable surtout sur les effets de lumières, c’est beau sur presque tous les points.

A titre personnel je vois mal comment Disney va réussir à changer de cap tant les productions sans véritable charme s’enchainent ces dernières années. Il n’y a plus du tout de patte artistique, quelque chose qui différencie vraiment le travail du studio par rapport à un autre. C’est pas tous les ans qu’un type comme John Lasseter va débarquer pour remettre la firme sur la voie du succès critique…

Pour finir, Raya et le Dernier Dragon dispose d’un casting vocal impeccable, du moins en VO (la VF m’a plutôt rebuté) avec Kelly Marie Tran, Gemma Chan, Awkwafina, Benedict Wong ou encore Daniel Dae Kim. En revanche la bande originale signée James Newton Howard ne m’a pas marquée, sans pour autant qu’elle soit ratée.

CaptainSmoke lui attribue la note de
5/10

En bref

Si Raya est une princesse moderne dans son approche et un excellent personnage mais son histoire, certes ultra dynamique, n’en fera pas un classique et sombrera dans l’oubli à la manière de Rebelle en 2012.

CaptainSmoke

CaptainSmoke

Fondateur de DansTonCinéma.fr, cinéphile et sériephile, j'aime découvrir des perles inconnues dans le cinéma traditionnel comme dans l'animation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *