[Critique Film] – Message from the King

Message From the King

Poster

Après un rôle remarqué dans Civil War, Chadwick Boseman produit et joue dans Message From The King, du Belge Fabrice Du Welz. Avec cette incursion hollywoodienne, ce dernier espère réaliser un pulp nerveux et puissant. Il n’en est jamais rien.

A Los Angeles, Jacob King, originaire de Cape Town, cherche sa soeur disparue. Il se rend vite compte qu’elle est morte et entreprend de poursuivre ses meurtriers afin de la venger. Il a sept jours pour cela, avant que son billet d’avion retour ne le ramène dans sa ville natale.

On pourrait trouver différentes raisons à l’échec de Message From The King. Si l’on en croit son réalisateur, venu présenter le film lors de la projection, ce long-métrage étant un projet hollywoodien, il est avant tout un film de producteur et non de réalisateur. Ainsi, il le place à part dans sa filmographie, et se dédouane par là même de tout faux pas. Si son point de vue est compréhensible, il n’en reste pas moins que c’est lui qui signe ce film, et c’est son discours, au final, qui interpelle.

Message From the King

Chadwick Boseman

En effet, Message From the King est mené par de bons acteurs. S’il n’y a rien à dire là-dessus, le scénario, quant à lui, est une succession d’événements convenus qui ne créent ni suspense ni tension. La réalisation se veut intéressante, mais ne brille jamais.

Le film est clairement centré sur le personnage de Chadwick Boseman, faussement mystérieux et jamais vraiment menaçant. L’aura qu’il dégage tient uniquement à la carrure de l’acteur, et jamais à l’écriture du personnage. Et il y a bien un film, ces dernières années, qui met en scène un personnage mystérieux en proie à des accès de violence : Drive, de Nicolas Winding Refn. Ainsi, quand bien même Fabrice Du Welz a voulu faire de son film un pulp, il n’en fait finalement qu’un sous-Drive. 

Message From the King

Dans l’impossibilité de trouver une photo d’un autre acteur dans ce film, une autre photo de Chadwick Boseman

En effet, les points communs avec celui-ci sont bien trop nombreux pour que Message From the King puisse échapper à la comparaison. Si celle-ci est assumée sur l’affiche du film (« par les producteurs de Drive »), elle ne l’est en aucun cas par le réalisateur lui-même, qui a nié pendant ses questions/réponses tout lien entre les deux films. Ce refus de voir ce qui semble évident interpelle : au niveau scénaristique en tout cas, les deux longs-métrages ont beaucoup en commun.

La différence est surtout qualitative : là où Nicolas Winding Refn avait créé une batterie de personnages travaillés et approfondis pour entourer son personnage principal sans histoire, dans Message From the King, les personnages s’enchainent sans jamais accrocher le spectateur, à l’exception peut-être de Teresa Palmer. De plus, le film manque clairement de rythme : alors qu’on sait dès le départ que c’est une course contre la montre qui se joue, cela n’amène aucun enjeu. Le film ne s’envole donc jamais et le spectateur, passif, attend qu’il se termine. Du gâchis.

SophieM lui attribue la note de
5/10

En bref

Sous-Drive qui ne se reconnait pas, Message From The King est un film qui ne tient finalement que par la prestation de son acteur principal et qui ne crée jamais aucun enjeu.

Avatar

SophieM

24 ans. Féministe queer, libraire de métier et cinéphile de formation. Autrice en devenir. Je vis pour le fromage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *