[Dossier] – Quid des nouveautés séries de juillet/août ?

Parce que les journées ne font pas 72 heures, il est parfois impossible de suivre chaque lancement de série. Heureusement, on pense à vous avec ce petit top des nouveautés à suivre en ce début d’année, un petit focus sur un flop, un rapide topo sur les séries en cours puis la partie « Madame Irma » sur les nouveautés à surveiller pour les mois de juillet et août.

Le tout garanti sans langue de bois, of course.

Les tops :

Show me a Hero, créée par David Simon et William F. Zorzi

On en avait déjà parlé en des termes élogieux ici, mais dire du bien de Show me a Hero n’est jamais une perte de temps. Donc on le redit avec force : la nouvelle mini-série de David Simon est une réussite, qui mêle habilement les déboires de la vie politique américaine avec la montée du racisme et du communautarisme dans un quartier de classe moyenne à Yonkers, dans l’État de New-York. C’est brillamment interprété – Oscar Isaac tient ici son plus beau rôle – et l’écriture est d’une efficacité redoutable. Si la grille d’HBO cet été a fortement divisé, Show me a Hero est clairement la série qui mettra tout le monde d’accord.

Diffusée du 16 au 30 août, 6 épisodes, HBO. 

We Bare Bears, créée par Daniel Chong


Chaque nouvelle série Cartoon Network est à chaque fois un micro-événement en soi au sein de la sphère de fans d’animation américaine. Malgré la concurrence que sont les nouveaux fronts qualitatifs de chez Disney Channel, Nickelodeon et Adult Swim (du même groupe, cependant), il y a à chaque fois la satisfaction de retrouver cette animation old school, légèrement absurde sans être trop explosive ni trop cynique, tout en restant fondamentalement drôle à tous âges. We Bare Bears n’est pas une révolution, mais elle possède cet esprit et cette passion : c’est souvent fin, référencé et délicieux.

Débutée le 27 juillet, 15 épisodes, Cartoon Network.

The Spoils Before Dying, créée par Matt Piedmont et Andrew Steele


The Spoils of Babylon était fortement imparfaite, mais elle avait du style. Avec The Spoils Before Dying, le duo Piedmont/Steele fait plus ou moins la même chose, mais en mieux. Adieu la fresque mélodramatique soapesque familiale, Before Dying pastiche avec humour le film noir. Idées de mise en scène hilarantes, casting génialissime, répliques déjà cultes et véritable amour du genre derrière le masque parodique : une très courte mini-série qui vous fera bien rire pendant deux heures. On n’en demandait rien de plus.

Diffusée du 8 au 10 juillet, 6 épisodes, IFC.

Blunt Talk, créée par Jonathan Ames

On avait quitté Jonathan Ames avec la fin de Bored to Death sur HBO, et en attendant que le film censé conclure la série arrive, Ames nous présente sa nouvelle création : Blunt Talk. Avec Patrick Stewart s’il vous plaît – qui semble d’ailleurs beaucoup s’amuser, un peu comme Danson dans Bored to Death. Ames s’attaque ici au monde de la télé, avec un présentateur britannique qui déménage à Los Angeles pour dominer le monde de l’information. Ne vous attendez pas à un The Newsroom bis, mais plutôt à une gentille sitcom sur l’univers de la télé qui met de bonne humeur sans pour autant être la série la plus drôle de l’année. Pour résumer, si vous avez aimé Bored to Death, vous pouvez y aller ; dans le cas contraire, passez votre chemin.

Débutée le 22 août (pilote diffusée en ligne le 15), 10 épisodes, Starz!.

Mentions : Public Morals (TNT) et Fear the Walking Dead (AMC) (on s’attendait à pire pour tout vous dire).

Le flop :

Narcos, créée par Carlo Bernard, Chris Brancato, Annab Khan et Doug Miro

Décidément, Netflix aime bien être dans cette catégorie après Grace & Frankie il y a deux mois. Mais Narcos est autrement plus décevante que cette dernière. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’après deux épisodes de très bonne tenue, on s’attendait à voir une grande oeuvre. Une réflexion intelligente et marquante sur le trafic de drogues mené par les États-Unis, avec ce que cela implique comme ingérence dans les affaires d’un pays étranger – la Colombie. Une fresque sur la montée en puissance des cartels, avec Pablo Escobar en figure de proue, lui l’ennemi n°1.

Seulement, on se rend compte après avoir vu les dix épisodes de cette saison que Narcos a tout d’une arnaque bien ficelé. Les premiers épisodes accrochent, puis on glisse petit à petit vers l’ennui poli, puis l’ennui tout court avant d’atterrir dans le n’importe quoi avec le dernier épisode. Les personnages ne sont pas développés, les événements s’enchaînent sans rythme et la mise en scène se fait moins percutante dans la seconde moitié de la saison. Quant au cliffhanger de fin de saison, il demeure une énigme tant il est idiot. Bref, cette saison 1 de Narcos se révèle être une page Wikipédia illustrée. Ma foi, c’est plutôt léger vu l’argent mis dans la série, et ça ne rend pas justice à l’interprétation de Wagner Moura, impérial.

Mise en ligne le 28 août, 10 épisodes, Netflix.

Et sinon ?

– La saison 2 de True Detective s’est (enfin) terminé le 9 août. Au final, beaucoup de déception, forcément, mais la série mérite t-elle de se faire descendre à ce point ? Pas spécialement, car malgré ses défauts, elle bénéficie quand même d’une certaine qualité, comme l’interprétation de Rachel McAdams. Mais il va falloir que Nic Pizzolatto mette les bouchées doubles pour sortir une saison 3 de qualité, sous peine de voir True Detective être oublié par tout le monde. Et qu’HBO lui trouve une réalisateur de qualité aussi, et pas six moyens (la critique de CaptainSmoke par ici).

– Mr. Robot a aussi fini son tour de piste, après dix épisodes de qualité, malgré quelques baisses de rythme. La série fortement influencée par Fincher (et pas forcément que par Fight Club) reviendra l’année prochaine, USA Network l’ayant prolongé avant même la diffusion du pilote (vous pouvez lire notre critique ici).

– Doctor Who revient bientôt, le 19 septembre très exactement, pour sa neuvième saison. On espère que Moffat va enfin faire quelque chose de bien avec le personnage de Clara. Au bout d’une saison et demi, il serait temps.

– L’ami Vivienn me dit dans l’oreillette de vous informer du retour de Project Greenlight sur HBO le 13 septembre, après neuf ans d’absence. Et apparemment ce serait très bien, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.

– #SaveHannibal

Quelles nouveautés vaudront le coup en septembre/octobre ?

Septembre rime avec rentrée. Enfin non, mais le mois de la rentrée scolaire est aussi celui de la rentrée télévisuelle. Dans la jungle des séries lancées par les networks et le câble, et dont la moitié sera sûrement annulée comme chaque année, quelques-unes sont à suivre : The Bastard Executioner (FX, 15 septembre) qui promet beaucoup beaucoup ; Moonbeam City (Comedy Central, 16 septembre) car CC diffuse de très bonnes pépites ces temps-ci ; The Muppets signe le retour des marionnettes de Jim Henson sur le petit écran et on verra si l’humour est toujours présent (ABC, 23 septembre) ; on jettera un coup d’oeil sur Code Black (CBS, 30 septembre) et Wicked City (ABC, 27 octobre) qui ont du potentiel ; enfin, Bruce Campbell revient tuer des monstres le 31 octobre dans Ash vs Evil Dead (Starz!). Petit bonus, côté anglais cette fois (en vérité, il s’agit d’une co-production anglo-américaine) avec You, Me, and the End of the World qui peut être l’occasion de rire d’une apocalypse (Sky1, 30 septembre, diffusée à la mi-saison sur NBC).

PFloyd

PFloyd

Stanley Kubrick, Akira Kurosawa et David Simon sont mes Dieux, mais je prends toujours du plaisir à voir un film ou une série, à condition que ce soit bien et bon. Sinon, gare au retour de bâton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *